105.

PÉRIER, Odilon‐Jean

Le citadin. Poème ou Éloge de Bruxelles. "Se trouve dans cette ville, 50, rue Defacqz chez l'auteur".

(Bruxelles, Louis Vogels impr.), 1924

Pet. in-12 carré.

Br., couv. verte (dos bruni).

Édition originale. Tirage à 125 ex. num. Un des 120 sur vergé antique (n. 56). Envoi autogr. signé à Henri Michaux "cordialement cette ennuyeuse promenade cette pauvre ville". Très rare petit volume qui marque les véritables débuts de l'auteur en poésie ; il qualifie en effet dans l'avertissement ses 3 premiers opus de "brouillons choisis". Il contient 2 célèbres incipit : "Je t'offre un verre d'eau glacée" et "Je ne chanterai pas très haut ni très longtemps". Les liens entre Périer et Michaux furent forts et précoces. Henri Michaux passa son enfance au numéro 69 de la rue Defacqz. Son cadet de deux ans, Odilon-Jean Périer habitait au n° 50 de cette même rue, dans un immeuble dessiné par Paul Hankar. "Ils fréquentent, surtout, les mêmes parages éditoriaux et figurent aux sommaires des mêmes périodiques. Bien plus tôt, ils ont été "repérés" et encouragés par Franz Hellens. En octobre 1923, Michaux est entré au comité de rédaction du Disque vert, où Odilon-Jean Périer avait déjà sa place depuis 1921" (Catherine Daems). 
Réf. M. Defrenne 1957, pp. 141 sq. - Grisay p. 81. - C. Daems, "Arrêt sur image : Henri Michaux et Odilon-Jean Périer dans les années 1920", in Textyles [en ligne].
Prov. Henri Michaux (1899-1984), écrivain, poète et peintre belge d'expression française, naturalisé français en 1955.

€ 400 / 500

Enchérir en direct

Il est trop tard pour laisser une offre


Connectez-vous pour enchérir
Nouvel utilisateur ? Créer un compte .
Se connecter